Park

Park 

1998

Performance qui se situe entre la chorégraphie et l’installation artistique, Park invite le public à « visiter » une série de scènes de la vie d’Adina. Passant à travers les pièces d’une maison imaginaire, on découvre petit à petit une femme sous l’emprise de ses rituels journaliers, sous la dictature d’appareils domestiques et d’actions apparemment absurdes. Grâce à leur répétition réconfortante et à ce qu’ils suggèrent d’ordre et de devoir, les simples rituels quotidiens peuvent être la source d’un sentiment de sécurité et de bien-être, mais la violence de leur banalité peut aussi mener à la terreur.

Une pièce qui questionne les enjeux du corps dans l’espace, comme lieu clos. Une posture fixe représentée par des séries d’installations où le corps, lié aux détournements des objets, agit dans un mouvement de continuité non-productive et de banalisation du quotidien. Questionnement sur le corps-machine relégué à la place unique, Park propose également une décontextualisation de la sphère domestique, qui place le spectateur dans la situation d’éprouver la dimension volontairement restreinte, le caractère explicitement dérisoire de l’occupation fragmentaire de l’espace et du temps.

« Les tableaux vivants que j’ai eu l’occasion de présenter jusqu’alors sont autant de processus successifs, mettant en scène un personnage de femme. Privée de nom propre, Adina est cette fiction qui m’a permis d’interroger successivement différentes postures de femmes, à travers de multiples explorations corporelles. 

Les premières étapes qui ont scandé ma recherche m’ont conduite à interroger la dimension du rituel, quotidien et ordinaire, qui correspond aux effets du contrôle social exercé sur des corps de femmes, et inscrits en elles. Femme d’intérieure, mais aussi femme « privée » (au double sens du terme), le personnage d’Adina est présenté chaque fois en tant qu’il est perpétuellement confronté à une impossibilité absolue de toute forme d’échanges. Assigné à une résidence – à la fois temporellement et spatialement – le jeu de contraintes précises imposées à ce personnage placent chaque spectateur dans la situation d’éprouver la dimension volontairement restreinte, le caractère explicitement dérisoire d’occupation fragmentaire de l’espace et du temps : Adina est là, occupant selon une modalité délirante une portion de l’espace où elle intervient. Cet espace, dans son ensemble, reste vide, permettant une liberté de circulation qui contraste objectivement avec l’empêchement spatial auquel elle est confrontée, du fait du dispositif dans lequel je la mets en scène. C’est en effet un espace-temps en proie à un mouvement soudain de panique ineluctable que je tente de présenter. Et d’une violence qui me semble être celle du banal, mais d’un banal alors réalisé dans le temps exact de son accomplissement, de son action, et implacablement soumis à son propre affolement. Ce n’est que par le fait d’une présentation publique, par le jeu de la performance, qu’une adresse faite à d’autres (spectateurs) peut enter en jeu. Femme-usine et gardienne aliénée du foyer (lieu- tenante), Adina me permet ainsi de procéder à une décontextualisation de la sphère domestique, et de sa réinscription dans un espace de représentation. Grâce à la mise en place d’installations, de dispositifs divers permettant chaque fois de dégager ce qu’il en est des règles multiples, obligations et autres obédiences liées à la violence qu’exerce irrémédiablement toute culture, c’est l’instrumentalisation du corps féminin en tant que tel que je tente d’approcher diversement. Mais toujours au terme d’activités publiques en forme de parcours, et qui visent à une réappropriation singulière des points de départ de mon travail, me permettant de tenter d’introduire des écarts critiques, directement perceptibles par le public. »

Conception et interprétation Claudia Triozzi
Lumières à la création Caty Olive
Régie générale Sylvain Labrosse
Réalisation de la machine d’Open Please Nicolas Darrot
Coproduction la Ménagerie de verre, les laboratoires d’Auberviliers

Park 2016

Park de 1998 à aujourd'hui

2016

Je voulais rencontrer une femme qui avait travaillé à la SEITA de Pantin. Une manufacture de tabac qui ferme en 1982.
qui sait...

Lancé à la recherche d’un visage , mon corps devient performatif même en dehors de la scène. Ce n'est pas toujours simple. Il y va pourtant d’une énergie, d’un désir à la fois intellectuel, cérébral, mais aussi profondément intégré au corps. Cela tient de la nécessité. Tous ces gestes qui préparent la rencontre tout en restant en dehors du plateau sont essentiels, même si apparemment ils s'éloignent de l'acte artistique. Je suis moi-même engagée dans une dynamique de dépassement de compétences, presque un autre métier, l’interview , je me mets dans un endroit à partir duquel je peux atteindre ces personnes. 

Claudia Triozzi

SEITA Pantin 1981-1982 Photographies auteurs: Trovel Pierre et Texier Jean auteur:  remerciement Marc Chabanne, Association Mémoires d'Humanité

Conception et interprétation Claudia Triozzi
Avec la participation de Vivianne Lessac
Vidéos Claudia Triozzi
Lumières Yannick Fouassier
Régie générale Sylvain Labrosse
Coproduction CN D Centre national de la danse

2016 Centre National de la Danse – 4 au 7 octobre Park (1998)
2013 Festival Art Dan Thé, Vanves – mars
2012 Mostra SESC de Artes, SESC Pinheiros, Sáo Paulo – 20 et 21 juillet
2010 Kalamata Dance Festival, Grèce – 17 et 18 juillet
2009 Ménagerie de Verre, Festival Les Inaccoutumés – 27 et 28 septembre
2008 Festival Nam June Paik, Corée du Sud – 25 et 26 octobre
2005 Espace Pasolini, Valenciennes – 1er décembre Festival de Montpellier – juin.
2004 Festival « La Francia si muove », Auditorium – Parco della Musica, Rome – 2 juin Festival « La Francia si muove », ZO – Centro Di culture Contemporanee Catania, Catane – 29 et 30 mai
Festival « La Francia si muove », Associazione Teatro Stabile della Città di Napoli – 26 mai
2003 Fondation de Serralves,Porto – 28 et 29 novembre
Festival « Klapstuk ##11», Louvain, – 7, 8 et 9 octobre
Festival de Santarcangelo – 5, 6 et 7 juillet
Contemporanea Festival de Prato (Museo des Tessuto) – 10, 11 et 12 juin
Centre Pompidou,Paris,dans le cadre des Spectacles vivants – 29 et 30 mars
2002 Big Torino « Big Social Game »,Turin – du 19 avril au 19 mai
Hebebühne, Greifswald – 13 juin
Le Cratère, Alès – 3 février
Theater Vorpommern, Greifswald, Allemagne
Theater LOFFT, Leipzig, Allemagne
2001 South London Gallery, London
Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Paris
2001 Table sonore (extrait de Park)
Magnetica, Ajaccio (Interprète : Chiara Gallerani)
2000 Downtown Arts Festival, New York
Neues Kunstmuseum, Luzern
Centre de danse contemporaine « La Fundicion », Bilbao
La Halle aux Grains,
Le Cargo Hors les murs, Grenoble
2000 Table sonore (extrait de Park)
Galerie Public, Paris
New Museum of contemporary art, New York
Séances d ’écoute – Espace Jean Renaudie, Aubervilliers
1999 Festival Dansas na cidade, Lisbonne
Sophiensale, Berlin
Le Printemps de Cahors
Artsadim, Londres
Théâtre Paul Eluard, Bezons
Festival Studio Danse, Ajaccio
1998 Festival Desviaciones, Madrid
Festival Nouvelles Scènes, Dijon
Festival Sguard Insoliti, Palerme
Festival Descendance, Tours
Théâtre de l ’Usine, Genève
Ménagerie de Verre, Festival Les Inacoutumés, Paris